AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   Jeu 4 Aoû - 22:40

Les meilleurs moments de toute une semaine? Les gens vous diront probablement que c'est le week end. Après les heures de cours, les heures de travailles, c'était bien le moment qui faisait du bien. Mais pas pour le blondinet. Le week end, c'était une torture pour lui. " Ennuyant! " pensait-il. Quand Suzuki était là ( pour ceux qui ne le savent pas, go voir ma pres pour savoir qui est Suzuki Masame ), elle racontait ses journées en tant que policière à Tsume. Et celui ci l'écoutait avec attention, car ses histoires étaient toujours passionnantes. Parfois, elle disait " Tu ferais un bon flic toi... J'en suis sure! " Lui? Poulet? Jamais! Mais ça lui faisait tout de même plaisir qu'elle disait cela. Entre les cambriolage, les prise d'otages, les arrestations... Elle était vraiment une femme formidable, Tsume fier de l'avoir comme tutrice. Mieux encore, il était fier de l'avoir comme *Maman*. Mais le week-end, elle n'était pas là. Faut dire que c'est un travaille rude. Elle travaillait toute la semaine, surtout le week end et elle rentrait très tard, après minuit passé. Pendant ce temps, Tsume passait son temps à l'attendre, devant la télé, ou il dormait, ne foutant rien de ses journées. Il arrivait par moment, que le blondinet sortait pour aller en soirée, jouer avec le coeur des jolies ( et surtout jeune ) femmes. C'était les seuls choses qu'il faisait. Mais hormis tout cela, son week end était chiant. Dés amis? Il venait de déménager alors... Ah, il y avait bien ce cher Hibari! Mais comme à ses habitudes, il était injoignable. Tsume ne prit même pas la peine d'essayer de l'appeler. Le connaissant, il ne répondrait pas.

Tsume regarda l'heure de chez lui: 12h37! C'était le moment ou il devait se lever de son lit et se faire un repas " galère " en le savourant devant sa télé. " Pff, ennuyant! " pensait-il. Mais il passa d'abord à la salle de bain pour faire sa toilette quotidienne. La douce terminé et le reste fait, le blondinet quitta la salle de bain torse nu avec une serviette autour de la taille. Puis l'étoile se dirigea vers sa cuisine, se faire des ramens. Bon soyons honnête, " faire des ramens " était un bien grand mot. Tout ce qu'il faisait, c'était de chauffer les ramens au micro onde ( je vous avais prévenu, un repas " galère " ). Pendant ce que ses ramens chauffaient, Tsume s'occupa de ses cheveux, qui était son plus grand bien. Il passa toute sorte de produit ( shampoing, produits pelliculaires, produits capillaires... ) Il alla même jusqu'à voler quelques produits appartement à Suzuki qui était des produits pour femme. Vous le trouvez un peu excessif avec ses cheveux? Pas pour rien s'il était si brillant et si soigneux. S'il ne s'en occupait pas, plus personne ne l'appellerait ¤l'étoile¤ ( personne l'appelait ainsi pour le moment =,= ) Ensuite, il ressortit de la salle de bain avec une autre serviette sur la tête et le blondinet sortit ses ramens du micro ondes. Sans perdre de temps, il les entama se dirigeant vers la fenêtre de son salon ( toujours torse nu, avec une serviette autour de la taille ). Puis, il ouvrit la fenêtre et manga ses ramens sur son balcon. Tsume habitait au deuxième étage. Sur le bâtiment d'en face, une jeune femme le regardait avec un large sourire, regardant ses abdos " Je gère!! " pensait-il. Puis, ayant finit ses ramens, il retourna à l'intérieur de son salon ( au grand malheur de la voisine d'en face ) et il chercha des vêtements à peu près normal. Lorsqu'il retira l'un de ses tee shirt, il vit un bout de papier virevolter avant de tomber au sol. Tsume s'accroupit, le ramassa et il retourna le papier: " Oh ouais! La bonne époque... " Le blondinet avait retrouvé une photo qu'il avait perdu auparavant! Dans cette photo, il y avait les 4 X-Trem ( la bande des 4 ) et Suzuki derrière. Si l'on partait de droite à gauche, sur cette photo il y avait Doko, qui semblait regarder ailleurs, les bras croisé. Puis, à sa gauche se trouvait Tsume, grimaçant vers la gauche. Puis, Dave qui regardait Tsume en lui tirant la langue. Enfin tout à gauche Malyna, avec son plus beau sourire. N'oublions pas Suzuki, qui avait posé ses deux mains: L'une sur la touffe dorée de Tsume, l'autre sur les cheveux sale et désordonné de Dave. Retrouver cette photo avait comme l'effet d'un choque émotionnel pour lui. Le jeune blond serra cette photo contre son torse.

-" ... "

Son week-end venait de passer de chiant à triste. Mais néanmoins, Tsume savait quoi faire de sa journée! Il enfila donc très rapidement un jean gris, un haut avec une tête de mort dessus. L'étoile chercha ensuite une paire de chaussette à enfiler, mais il ne trouva pas les même chaussette : " Bah... Qui s'en soucie? " Tsume les enfila, mit ses chaussures. Etowaru arracha l'une de ses longues vestes se trouvant sur le porte manteau et li l'enfila comme le font les super héros pour enfiler une cap. Puis, il prit soin de prendre son porte feuille avant de claquer la porte, glissant la photo dans sa poche arrière.

Dehors, il se mit à regarder combien il avait dans son porte monnaie: " Ouais, ça devrait être suffisant! " pensait-il. Il se dirigea donc au plus vite, chez un fleuriste. Tsume acheta ensuite plusieurs fleurs, mais de deux sortes différentes: Un paquet de dix Amaryllis ( des fleurs avec l'intérieur blancs, et des pétales roses claires ) de la même taille, et des Anagallis ( des jolies petites fleurs. On les trouve sous plusieurs couleurs, elles peuvent être oranges, bleues ou violettes. Cette fois ci, Tsume en avait pris de couleurs bleues ). Puis, le blondinet se précipita ensuite en direction du cimetière, trimbalant avec lui les fleurs. Pourquoi des Amaryllis? Parce que Malyna adorait le rose. " Un jour, tu me ramèneras des Amaryllis, parce que j'adore ces fleurs " Disait-il en prenant une voix aiguë, cherchant à imiter Malyna. A cet époque, Tsume ne savait pas ce que c'était des Amaryllis ( il vient tout juste, de le découvrir ). C'était sa couleur préférait. Et pour les même raisons, il avait prit des Anagallis car Doko aime le bleu. " C'est une couleur coool! " disait Tsume d'une voix grave, imitant Doko. Puis, il rit intérieurement. Le blondinet était bientôt arrivée, le cimetière se trouvait à quelques stations de métro. Il prit donc le métro et le jeune blond se tut tout le trajet, se rappelant des disputes, des disputes, des moment ou ils étaient tout les 4 ensembles, puis avec Suzuki. Parfois, il riait tout seul dans le wagon, se rappelant de scènes marrantes, les bouquets à la main. ( Les gens le regardaient parfois, mais il s'en foutait ). Enfin, il quitta le wagon et se dirigea vers la sortie, lorsqu'il croisa une jeune femme.
-" Excusez moi, c'est pour votre femme? "
-" Heu... Ouais, enfin non... si on veut... "
-" C'est trop chou!! J'espère qu'elle sera contente. "
-" Je l'espère aussi ^^' " disait-il en rougissant et en se grattant la nuque.

Puis, il continua son chemin sortant du métro. A peine sortit, il y avait un panneau d'indication : " Cimetière ==> 15m " Tsume prit donc la direction indiqué par le panneau. Le cimetière se voyait de loin, le blondinet esquissa un petit sourire " Hey! Je suis arrivé les gars " pensait-il. Mais a peine était-il sur les lieux, il vit des milliers de tombeaux. " Mince... Ils sont ou? " C'était la première fois qu'il y allait seul, sans Suzuki. A sa droite, un jardinier s'occupant des fleurs. Le jeune homme alla donc à sa rencontre, et lui demande de l'aide. Le jardinier lui avait dit " Alors mon pitit! Ti vas à droite là coumme ça, pis tout droit, pis à droite encore! Et la biiiim!!!! Ti verra oune piti stastou là! Alors ti countinii tout droit, pis encore doux stastou à gauche et voilà! Capiché? " " =,= " Tsume avait tout retenu, mais n'avait rien compris. D'une, le jardinier parlait trop vite, et en plus il avait un accent... L'étoile regarda donc à droite, puis à gauche, mais le jardinier était seul dans ce cimetière. Il lui avait demandé de répéter encore une fois, mais cela n'avait rien changé. Et ce n'était certainement pas les passants qui allaient l'aider! Ils avaient l'air encore plus perdu que le blondinet. Alors l'étoile soupira, et il pénétra aveuglément dans le cimetière géant. Se foutant de la gueule du jardinier, il prononça à haute voix pour lui même! " Ti vas à droite là coumme ça, pis tout droit, pis à droite encore! Et la biiiim!!!! Ti verra oune piti stastou là! Alors ti continii à gauche pis encore doux stastou à droite et voilà! Capiché? Tête de con, j'ai rien compris... " Mais là biiim! Juste après avoir répété à haute voix ce que le jardinier lui avait dit, Tsume arriva devant deux tombeau: " Doko MASAME et Malyna MASAME " Le blondinet écarquilla les yeux. ( 0,0 ) Il n'en revenait pas. " C'est de la chance, obligé... " pensait-il pour se rassurer. Enfin, quoi qu'il en soit, il était arrivé à destination. Les bouquets à la main, il avait tellement de chose à dire. Etowaru ouvrit la bouche, mais ne savait pas quoi dire. " Que dire? Par quoi pourrais-je commencer? "

Son coeur commençait à serrer, et le temps commencer à se gâter. Il baissa la tête. " Non... Doko, Malyna, une seconde! " Il s'accroupit et il prit un stylo et il sortit une feuille de sa veste. Tsume commençait à écrire, des mots, des phrases, des vers se dessinés sur le petit bout de papier. Au bout d'un quart d'heure, il soupira d'un satisfait et il regarda la tombe de Doko. Il mit en évidence ses écrits devant sa tombe : " Ça, c'est pour toi Doko! "
Puis, Tsume retourna sa feuille et il en fit de même. Mais fois ci, il mit un peu plus de vingt minutes, avant d'esquisser un sourire et de laisser tomber son stylo au sol. Puis, comme pour la tombe de Doko, Etowaru mit en évidence ses écrit devant la tombe de Malyna: " Et tout ça, c'est pour toi Malyna! "
Tsume se leva et il soupira. Puis, il se saisit de sa feuille et la retourna au recto. Il s'apprêtait à lire ce qu'il avait écrit lorsqu'il se mit à rougir tout seul
-" C'est pas facile pour moi, alors attendaient... " disait-il en s'adressant au deux tombeaux.
C'est à cette instant qu'une goutte se mit à tomber sur le papier que Tsume avait saisit de ses deux mains. Le blondinet laissa donc tomber ses bras le long de son corps, se saisissant du bout de papier d'une main. Puis, il leva complétement la tête, regardant le haut, comme s'il voulait regarder Dieu! Il regarda donc le ciel. C'était un ciel gris et triste qui se dessinait. " Un signe? " Quoi qu'il en soit, le blondinet était prêt. Il se saisit donc une nouvelle fois son papier de ses deux mains. Puis, il se retrouvant seul, se sentant à l'aise, il fit un large sourire, sans savoir pourquoi.

-" C'est mes souvenirs, c'est ma confession... C'est mon cœur! "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   Mer 14 Sep - 15:41

Le week-end, franchement, il n’y avait rien de bien passionnant à faire, du moins, pas seule. C’est à cela que pensait Hana, roulée en boule sous sa couverture, soupirant en voyant l’heure qu’affichait son radio-réveil. 12h32. Elle avait au moins profitée de ces deux jours de répit pour pouvoir faire une grasse mat’ ! De temps à autre, cela ne faisait aucun mal ! N’empêche que la belle brune lâcha un long soupir d’ennuie. Elle ne désirait pas vraiment bouger de son lit tout douillet, surtout pour ne rien faire. Elle s’étira, sortant ses bras de sous sa couverture, et eût un frisson dû au changement de température entre sous ses draps et ‘dehors’, si l’on peut dire. Elle remit immédiatement ses bras là où ils étaient précédemment, et elle bailla à s’en décrocher la mâchoire.

Finalement, elle s’était levée ! Au bout d’une dizaine de minutes, quand même. Elle était descendue en bas, histoire de se remplir l’estomac. Fouillant dans un placard, elle sorti son pot de Nutella, avec des tartines. Elle prit ensuite une cuillère dans un des tiroirs de la cuisine, et se posa à table. Sa mère n’était pas là, et heureusement ! Hana ne désirait pas plus la voir que ça. A vrai dire, elle avait dû s’être levée du pied gauche, ce « matin ». Enfournant une tartine dans sa bouche, elle prit son temps, se régalant les papilles en même temps. Hm, quel petit-déj’ équilibré ! Elle se releva, mâchant la dernière bouchée de sa première tartine, et elle se fit couler un café dans une tasse qu’elle aimait particulièrement. Elle rajouta une goutte de lait, et elle se rassit, tartinant son autre tranche de la patte à tartiner. Elle la fit tremper dans son café, pour ensuite croquer dedans. Tout en faisant cela, elle se demandait ce qu’elle pourrait bien faire aujourd’hui… Elle baissa le regard vers sa tasse de café, et des souvenirs affluèrent dans sa tête. Elle fit un demi-sourire, pour ensuite faire une tête d’enterrement.

Cette tasse, c’était sa tante, la sœur de son père qui la lui avait offerte. Sa défunte tante. C’est pour cela que son visage avait viré du sourire à la tête d’enterrement. Hana sortait souvent avec sa tante. Faire les boutiques, boire un verre, aller au parc… Tout ça c’était avant, bien malheureusement. Au moins, maintenant, la lycéenne savait ce qu’elle allait faire son après-midi ! Elle finit de boire son café, et elle débarrassa et lava le tout. Une fois cela fait, elle remonta en haut, et partit à la salle de bain, histoire de se réveiller comme il le fallait, et aussi de se décrasser. Elle passa un peu plus d’une dizaine de minutes sous la douche, lavant sa longue chevelure brune, ainsi que son corps svelte. Dès qu’elle eu finit, elle s’enroula une serviette sur les cheveux, ainsi qu’une autre autour de son corps. Elle lâcha de nouveau un soupir, de bien-être cette fois-ci. Cette douche lui avait fait un bien fou, selon elle. Elle alla dans sa chambre, se sécha le corps, et elle s’habilla d’un jean noir, et d’un t-shirt gris aux écritures blanches. Elle enfila ses baskets, des coq sportif entièrement noirs. Retournant dans la salle de bain, qui d’ailleurs était la sienne, elle se maquilla légèrement, d’un trait noir sous les yeux, accompagné d’un far à paupière doré. C’était simple, et ça lui convenait parfaitement. Elle s’essuya activement les cheveux, puis elle se fit un chignon, duquel elle laissa retomber quelques mèches devant son visage, en plus de sa frange sur le côté.

Elle était dans le salon, elle regarda rapidement par la fenêtre. Elle vit alors que le temps se gâtait vraiment, mais elle n’en avait que faire du temps pourri qu’il pourrait faire. Au cas où, elle prit son parapluie et le mit dans son sac. La brune prit aussi un peu d’argent, puis elle s’en alla, fermant la porte à clef derrière elle. Fermant sa veste, elle frémit légèrement, et entama son chemin jusqu’au cimetière de la ville. Il n’y avait pas beaucoup de monde, traînant dehors. Étrange pour un week-end. Les gens préféraient-ils rester à s’emmerder chez eux ? Purement débile, mais… Dans tout les cas, même dehors il n’y avait rien à faire, du moins selon Hana. Avant d’aller là où reposait sa tante, elle passa chez une marchande de fleur.


« B’jour. J’aimerais avoir deux roses mauves, des adonis rouges, et des anémones violettes. »
« Très bien. »

La vendeuse lui fait un sourire, puis se retourna pour prendre les fleurs qu’avait commandées l’adolescente. Elle lui tendit les fleurs, et Hana lui tendit la monnaie. Elle repartit aussitôt du magasin, et continua son chemin vers le cimetière. Elle n’en était plus très loin, maintenant, elle le voyait. C’est avec un soupir de résignation qu’elle y pénétra. Elle reconnu immédiatement le vieux jardinier, qui s’occupait à lui seul du terrain que formait le cimetière. Et, il faut dire qu’il n’était pas petit. Ne s’attardant pas plus que ça sur sa personne, elle s’avança vers la pierre tombale de sa tante. Traversant maintes et maintes allées où trônaient plusieurs pierres tombales, elle aperçut un grand blond écrivant quelque chose sur un papier. Sûrement un mot adressé à l’une des tombes auxquelles il faisait face. La tombe de la tante de Hana était juste à côté de la où se tenait le blondinet. Tandis que le ciel grisonnant grondait, Hana s’agenouilla devant la tombe, et regardant le ciel. Elle avait déjà les larmes aux yeux, comme à chaque fois qu’elle venait ici. Elle déposa les fleurs sur sa tombe, puis prit la parole.

« Hey Tatie, c’est encore moi… Comme tu le vois, j’ai déposé des fleurs pour toi, violettes, comme tu aimes tant cette couleur. *sourit à moitié* Tu me manques énormément, tu sais, c’est difficile dans toi, vraiment… »

Tandis qu’elle déblatérait des paroles à sa tante, le ciel avait commencé à lâcher sa flotte sur elle ainsi que sur le reste de la ville. Tant mieux, c’est comme ça que l’on ne pourrait apercevoir les larmes qui avaient déjà commencé à couler sur son visage. Au fond, elle aussi pouvait pleurer, même si cela était rare…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   Mer 26 Oct - 17:27

-" C'est mes souvenirs, c'est ma confession... C'est mon cœur! "

Tsume ne savait pas par ou commencer. Pourtant, il avait préparé son texte. Le jeune homme avait tellement de choses à leur dire... Tellement de choses qu'il regrettait. Le blondinet se sentait responsable de leur mort et de la dissolution des 4 X-Trem. Enfin, il fallait bien commencer un jour ou l'autre. En plus de cela, le temps commençait à se gâter, le ciel était tout gris... La pluie n'allait pas tardé à tomber. Tout d'abord Tsume regarda du côté gauche, là ou se trouvait le tombeau ou il y avait écrit Doko MASAME. Alala celui-là... C'était son héros, celui qu'il admirait, celui qui était le plus fort, le mec le plus cool qu'il connaissait. Probablement son « chef » mais bien plus que ça son grand frère et cela pour toujours... Doko MASAME ! Le jeune homme prit une grande inspiration, gonflant ses poumons et il se mit à parler à voix haute, comme s'il récitait quelque chose qu'il connaissait par cœur. ( bien sur, il lisait son bout de papier )

-" Que dire ? Tu étais mon exemple, celui que je respectais le plus... Bien plus encore, tu me conseillais, m'écoutais et me parler. Tu étais bien le seul à me comprendre [Tsume se mit à rire tout seul.] Enfin, tu étais le seul grand frère que je n'ai jamais eut. Sais-tu que si aujourd'hui je suis si cool, c'est parce que je te copie ? Bon d'accord, peut être pas aussi cool que toi... Mais quand même ! [Reprends son sérieux]Si tu me vois en haut, j'espère sincèrement que tu est très fier de moi. En tout cas, je fais tout pour... Tu es mort d'une crise cardiaque... C'est dans ces moments là ou l'on se dit que la vie est injuste... [Tremble] Malgré tout, pour moi tu es toujours là. Lorsque je retourne au parc, je me rappelle du moment ou tu me frappais parce que... Parce que je ne faisais jamais mes lacets... [Les larmes au yeux...] Aujourd'hui j'ai bien compris ! Je n'ai rien oublié et si j'en suis là aujourd'hui, c'est bien grâce à toi. Tu es mon exemple et mon modèle...
Et si je pouvais rajouté une dernière chose, si seulement je pouvais te parler une dernière fois... Je te dirais ceci...

… Merci pour tout, grand frère !


Après avoir fini sa confession, il essuya ses yeux humide à l'aide de son avant bras droit. "Si Doko me voyait, il me botterait probablement le cul..." Pensait-il. Après ce brève moment d'émotion, le blondinet se sentit à moitié vidé. Il se sentait un peu plus léger, mais ce n'était pas encore fini. Tsume se tourna maintenant vers la droite. Il y avait un tombeau avec écrit dessus Malyna MASAME. Le plus dure restait encore à faire... Elle était spéciale pour lui. Tsume ne lui avait jamais dit ce qu'il ressentait pour elle. Quand il s'agissait de lui dire ce qu'il ressentait pour elle il avait toujours eut une sorte de blocage. Lache comme il était, il finissait toujours par fuir ou contourner le sujet..
Mais cette fois ci c'était différent. Le blondinet qui avait une coupe de couleur pipi avait bien grandit. Ce n'était plus un gamin, il était devenu un homme. Tôt ou tard, il fallait bien qu'il lui dise ce qu'il avait au fond du coeur! L'heure était venu d'être honnête, sincère et il fallait parler à coeur ouvert. Ce n'est plus Tsume des X-Trem qui parlait à Malyna des X-Trem, mais plutôt un homme qui s'adressait à une femme. Tout comme il avait fait auparavant, Etowaru prit un grande inspiration. Puis, il se saisit de son papier et il lut.

-" Toi alors... Tu étais le cerveau de la bande ! Mais bien plus que ça, tu étais aussi notre princesse. Dave et moi on se disputait souvent pour être à tes côtés, tu t'en souviens ? Dave t'aimais beaucoup, il était amoureux de toi. Moi ? Moi je... Je ne méritais même pas de fouler la même terre que toi. Je n'étais qu'un pauvre idiot, et je le lui encore. Tu as dut me supporter tant de fois, assumer mes conneries... N'empêche on a bien rien ensemble tout les deux, n'est ce pas ? Aujourd'hui encore, je n'arrive pas à t'oublier et je ne t'oublierai probablement jamais... Même après la mort. [Fond en larme] Tu avais encore tant de chose à vivre, je me dis que... [Tsume ne lit plus son bout de papier] Si tu ne m'avais jamais rencontré, tu ne serais pas morte! Tu serais devenue quelqu'un de bien, de noble et sûrement une jeune femme merveilleuse... Désolé, je n'ai pas dis grand chose car je suis qu'un imbécile qui ne sait même pas dire ce qu'il ressent pour une jeune femme. Tout ce que je peux te dire...
... C'est que je t'aime et que tu resteras à jamais mon amour éternel impossible !


Que de regret! Le jeune homme était dépité. Il lacha son bout de papier. A genoux, Tsume versa des larmes. Il regrettait tout ces malheurs. " Si seulement j'avais était plus fort, si seulement je n'avais pas été aussi stupide, si seulement... " Pensait-il...
Si seulement la pluie pouvait tomber encore plus fort, afin de camoufler ses cries. Si seulement il pouvait ne serais-ce qu'une seule seconde revenir en arrière, afin de les retrouver et les revoir une dernière fois. Si seulement le destin pouvait être moins cruel, Tsume aurait probablement eut un avenir meilleur...

Culpabilisant dur son sort, Le blondinet ne s'en relevait pas. C'était à cet instant, alors qu'il se sentait triste, faible et complétement atténué, Tsume vit une jeune femme non loin de lui. Pendant quelques secondes, il crut revoir son amie, tellement la ressemblance était frappante. Le jeune homme allait sourire lorsqu'il se rendit compte qu'il ne s'agissait pas d'elle. Il reprit ses esprits, car cette jeune femme était bien trop grande comparé à son amie. Et puis, Malyna est morte... N'empêche, cette jeune inconnu était magnifique et elle avait un de ces regards... Vous savez ! Le genre de regard qui ne vous laisse pas indifférent. Le genre de regard qui vous donne envie de tout quitter pour ses yeux. Dans d'autres circonstances, l'étoile aurait était sous le charme. Mais elle avait l'air tout de même étrange. Elle avait une mine toute tristounette. Le jeune blondinet la regardait sans un mot, les larmes coulant le long de son visage. Sans dire un mot, perplexe... Était-ce cela qu'on appelle le coup de foudre ? Ou était-ce seulement un moment de faiblesse ? Quoi qu'il en soit, le jeune homme ressentait quelque chose de vague et confus en lui, lorsqu'il vit cette jeune femme. Quoi donc ? A cet instant, il ne serait le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   Ven 11 Nov - 19:56

Les gouttes salées s’échappaient par milliers de ses prunelles, se mêlant avec les pleurs du ciel. Comme si le ciel était avec elle, dans sa tristesse, ou plutôt, comme si sa tante la regardait faire de là-haut. Mis à part son père, la tante d’Hana était la seule personne qu’elle appréciait. Eh oui, même sa mère lui était insupportable, même si avec les années, sa haine s’était légèrement atténuée. Malheureusement, elle n’était plus de ce monde, quelle cruauté. C’était il y a 3 ou 4 ans, à peu près. Quand les parents de la jeune femme étaient encore ensemble. Tout était bien, à cette époque là, tout. Jusqu’à ce qu’un matin, un coup de fil brise cette si jolie ambiance gaie présente chez les Koaru : Sasame, la sœur du père de Hana, était morte. Comment ? Accident de voiture. Comme quoi, si les gens faisaient attention, la vie serait meilleure, et rien de tout cela ne se serait produit. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Foutu chauffard ivre. Lui, il fût gravement blessé, mais pas mort, évidemment hein ! Toujours les meilleurs qui s’en vont… Pensant à cela, les flots salés coulant des yeux de la lycéenne redoublèrent d’intensité. C’est avec une petite voix vibrante qu’elle continuait son monologue.

« … Je regrette vraiment que tu sois partie là-haut. Il n’y avait que toi qui me comprenais, que toi avec qui je pouvais m’amuser. Si un jour je retrouve ce conducteur, je voudrais lui dire ce que je ressens, ce qu’il m’a fait, et me fait subir. Tu sais, sans toi c’est vraiment dur, surtout ces deux dernières années. Comme je te l’avais dis, papa et maman se sont séparés, par la faute de… Ma mère évidemment ! Mon père lui, je le vois rarement, encore moins qu’avant… Je voudrais tant que tu sois là, à mes côtés, et qu’on fasse plein de choses, comme avant, qu’on s’amuse ensemble. Je voudrais tellement remonter le temps et t’empêcher de sortir et de prendre ta voiture, pour qu’aujourd’hui tu sois encore là. C’est impossible, à mon plus grand malheur. Tu… Tu me manques à un point inimaginable. Je t’aimais, je t’aime, et t’aimerais toujours ma petite tantine… »

Les dernières phrases avaient été si dures à prononcer pour Hana. Elle avait une boule dans la gorge. Elle tentait de retenir ses larmes, mais c’était en vain. Elle pleurait, pleurait et pleurait, ses sanglotements lui coupant la voix et le souffle. Les fleurs étaient toutes mouillées, mais pas autant que la jeune femme. Elle réalisa que dans son sac, il y avait un parapluie. Elle s’en fichait complètement, elle ne voulait pas le prendre, quitte à chopper un rhume ou une grosse toux. Elle gardait la tête baissée, mais ses deux prunelles noisette rester fixée sur la tombe de sa tante. Il était écrit : Sasame Koaru, 1974-2008 : Tu resteras pour toujours dans nos cœurs, R.I.P. Elle leva légèrement la main et, de ses doigts, elle effleura légèrement les lettres gravées sur la pierre tombale. « A jamais dans mon cœur », souffla Hana, sanglotant de nouveau. Puis, laissant retomber sa main le long de son corps, elle redressa la tête, et regarda le ciel. Son visage en fût rapidement noyé, et par ses larmes, et par l’averse qui faisait rage.

Un coup de tonnerre accompagné d’un éclair fit rage. Sur le coup, la brune sursauta légèrement, puis soupira, se trouvant stupide d’avoir eût peur pour si peu. Elle se rappela quand elle était toute petite, quand elle avait peur de l’orage. A cette époque, sa tante la gardait souvent afin que ses parents puissent avoir du temps libre. C’était donc elle qui la consolait, la rassurait dans ces moments là. « Ma petite chérie, ce n’est rien, seulement le ciel qui crie un bon coup. Il s’illumine en même temps. Il n’y pas de quoi avoir peur. Ne t’en fais pas, je suis là, avec toi. » Or, là, en ce moment même, elle n’était pas présente à ses côtés. Elle baissa la tête, de nouveau, fixant le sol trempé. La brune trembla, ayant légèrement froid. Elle n’en fit rien non plus, et resta à genoux, sur le sol boueux, dépitée et triste. Elle ne voulait pas bouger, elle ne voulait plus quitter sa tante, si l’on peut dire. Le ciel avait beau gronder, les nuages avaient beau pleurer, elle ne sourcillait pas, restant comme une statue sous la pluie battante.

[…] D’un coup, elle se retourna, se sentant observée. Le blond, qu’elle avait aperçut toute à l’heure, en arrivant, la fixait. Au vu du temps, il faisait légèrement sombre, puisqu’un léger brouillard s’était installé, faisant régner un petit vent frais. Elle remarquait juste qu’il avait la tête tournée vers elle. Quoi ? Avait-il un problème ? Hana avait-elle un défaut ? Parce que, la façon dont il la dévisageait laissait la jeune brunette assez perplexe. Elle sécha ses larmes, ne voulant pas montrer un signe de faiblesse devant une quelconque personne, mais elle ne pouvait s’en empêcher. Elle avait beau essuyer les gouttes salées, elles continuaient de couler sur ses joues légèrement rougies. Ses yeux étaient rouges, légèrement gonflés, tellement elle avait pleuré. Elle fixait, elle aussi le blondinet, qui, comme elle, était larmoyant, et triste. Elle se sentait moins seule, sur le coup. Elle tourna la tête, ne supportant pas d’être fixée ainsi, cela la mettait mal à l’aise, ce qui était étrange de sa part. Il faut dire, il n’était pas moche, ce gars-là !


« Bon, tatie, je reviendrais te voir bientôt… Sache que je t’aime très fort !... »

Elle salua la tombe, et se redressa. Elle fouilla dans son sac, et en sortit son parapluie. A quoi bon l’avoir pris, si c’était pour le laisser dans son sac ? Inutile, oui. Un dernier regard vers la tombe, puis Hana soupira, essuya complètement ses larmes, et ses dirigea vers le blond. En parcourant le court chemin les séparant, Hana prit un mouchoir dans son sac. Puis, une fois devant le blond, elle s’arrêta devant lui, mettant le parapluie légèrement au-dessus de sa tête. Elle hésita légèrement, puis, tendant le mouchoir, lui adressa la parole.

« Hum… Euh… T-tiens… »

Mince, pourquoi avait-elle fait ce geste ? Ce n’était pas dans ses habitudes, mais alors pas du tout. Et, surtout, le blond devait se demandait ce qu’elle était en train de faire, debout face à lui, mouchoir tendu. Elle souffla un léger au revoir, et se retourna afin de partir au plus vite… Ce garçon lui faisait perdre le contrôle. Moment de faiblesse, sûrement !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   Sam 4 Fév - 13:16

Comme la vie peut parfois sembler étrange. C'est dingue comme une personne peut complétement changer votre humeur, votre volonté. Les magiciens peuvent vous faire des tours de magies, mais la vie vous joue des tours... Alors qu'il y avait à peine une seconde il était en larme, le voici prit dans une ivresse indescriptible. Cette pluie ne cessait de tomber sur cette terre, tout comme ses larmes ne cessaient de couler le long de sa joue. Prit d'un désespoir fou, il ne put s’empêcher de pleurer. Ses mèches s'étalaient le long de son front. Il était tout trempé. Les cheveux mouillaient, la petite étoile solitaire n'avait plus la moindre volonté. Comment avait-il fait pour vivre toutes ces années sans eux ? Il l'ignorait. A genoux devant leurs tombes, Tsume aurait préféré être à leur place, plutôt que de subir cet enfer qu'il vivait actuellement...
Mais cette jeune femme lui était apparut, comme un ange qui venait briser tout ses cauchemars. Bizarrement, la pluie s'arrêta. En réalité, le lycéen n'avait pas tilté tout de suite que celle-ci avait glissé un parapluie au dessus de lui. Ce n'est que lorsqu'il se redressa pour se mettre face à elle qu'il comprit. Mais qu'importe, la pluie ne lui faisait plus aucun effet. La jeune femme qui fixait bêtement sans trop savoir pourquoi, lui avait tendu un mouchoir. Bien évidement, belle comme elle est le jeune blond voulait accepter son mouchoir. Mais il resta comme paralysé. Il restait là, sans rien dire pendant plusieurs secondes. Puis Tsume prit le mouchoir tout en regardant la jeune femme dans les yeux. Elle avait un regard si lumineux, si pétillant, si magnifique, que même la lueur du soleil serait qu'une pâle copie à côté de ça !

-« Hum… Euh… T-tiens… »

Que dire, que faire ? Le temps s'était arrêté... Lorsque l'étoile se décida enfin à réagir, il se saisit du mouchoir. Le jeune homme avait carrément prit le poignet de la jeune femme. Ensuite il caressa lentement sa main, glissant très lentement sa propre main sur la sienne. Il ne cessait de la fixer des yeux. Son regard le trahissait, un regard intense était lancé en direction de la jeune inconnue. Son regard plongeait dans ses yeux. Après ce court moment de romance, Tsume la retira en saisissant au passage le mouchoir qu'elle lui tendait. Un silence régna. Cet instant semblait magique ! Son visage était d'une beauté rare, tout comme Melyna. Ses yeux, on avait l'impression qu'elle pouvait hypnotiser le monde entier avec ce regard. A ce moment précis, Tsume voulait se perdre dans ses yeux. Il l'avait croisé son regard une fois, juste une seule fois... Mais cet échange de regards avaient suffit pour l’enivrer. Son nom... Quel était son nom ? Le jeune blond l'ignorait... Il voulut lui parler. Mais celui-ci resta perplexe, perdu dans ses yeux venus d'une autre planète. Elle lui souffla un tout petit « au revoir » avant de lui tourner le dos. Quoi ? Ca devait se finir comme ça ? Il en était hors de question. Sur le coup, la petite étoile n'avait pas réagit. Ce n'est seulement que lorsqu'il ne voyait plus son visage qu'il se décida d'allé la rejoindre. Il lui courut après.

-" Non attendez, mademoiselle ! "

Il fallait absolument la retenir. Tsume ne voulait pas la laisser partir sans au moins connaitre son nom. La laisser partir comme ça, ça serait comme abandonner quelque chose d'une importance capital ! Le jeune blond avait vraiment perdu la tête. Elle l'avait ensorcelée. Par pure réflexe, le jeune blond l'avait retenu par sa main et l'avait légèrement tiré vers l'arrière. Le parapluie tomba. Par peur que celle-ci ne chute, Tsume avait glissé une main au niveau de ses hanches. Les deux êtres humains étaient face à face. Leurs visages étaient si proche, qu'il ne suffisait d'un rien pour un baisé. Le jeune blond avait chaud. Il avait beau pleuvoir, cela ne l'empêchait pas d'avoir chaud. Il n'avais toujours pas laché sa main et sa main gauche était toujours posé sur sa hanche. Au milieu de ce cimetière, seul à seul, le jeune homme avait le coeur qui battait comme jamais. Son coeur ne cessait de s'accélérer. Ils étaient carrément collé l'un à l'autre, comme un jeune couple..." Est-ce qu'elle entend les battements de mon coeur? " C'était à la fois gênant, mais c'était aussi agréable. Une sensation de honte combinait à une joie inexplicable. Tsume voulait la relâcher. Mais il n'en fit rien. Le lycéen voulait prendre la parole pour s'excuser. Ce n'est pas une façon d'aborder une personne, surtout une jeune inconnue. Mais au lieu de ça, ses mots avaient était...

-" Je vous en supplie, restez avec moi... Juste un instant... "

Bon sang, que lui avait-il prit ? L'étoile ne contrôlait plus ses pulsions. La haine, ce n'était pas ce qu'il voulait dire. Mais qu'importe, ce qui est dit est dit. Plus de retour en arrière, il allait devoir assumer et reprendre le contrôle de lui même! Étrange, Lui qui d'habitude était toujours serein et maitre de lui même, voilà qu'aujourd'hui qu'une jeune inconnue vint le mettre à genou. Il n'allait pas tardé à se manger une gifle ou un sale coup placé dans les parties intimes. Et c'était normal que celle-ci le prendrait mal, ou qu'elle se mettait à hurler de peur. Quoiqu'il en soit, il ne pouvais plus faire machine arrière. Cette jeune femme était une bénédiction de Dieu car son apparition avait au moins fait comprendre une chose essentielle à Tsume: La vie vaut la peine d'être vécue! Face à face, il la fixait droit dans les yeux. Dans ces yeux, un autre mot lui vint en tête. Quelque chose qu'il n'avait jamais envisagé: " L'avenir ". L'avenir est remplit de promesses.
Si son coeur me le permet, alors je resterais à ses côtés. Pour le restant de mes jours... C'est sur cette pensée que le jeune blond contemplait la jeune femme qui lui est apparut comme un espoir, une vie, un avenir, une femme...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   Mer 8 Fév - 17:21

J'étais face à lui, mais ce n'était pour autant que mes prunelles le fixaient ! Mes yeux étaient rouges, et quelques larmes s'en échappaient encore. Je n'allais sûrement pas montrer à un mec que je pleurais, encore moins à un inconnu, qui n'était pas moche. Il se redressa, et je levai légèrement le parapluie afin qu'il ne se cogne pas la tête. En faisant cela, mes yeux avaient rencontré les siens, chose que je ne voulais pas. Maintenant, je ne m'en détachais plus, comme perdue à la fois dans son regard d'un magnifique gris, bien que ses iris étaient larmoyantes, et rougies. Cela me peinait de le voir ainsi, même si je ne le connaissais pas, et que je n'avais pas l'habitude d'être comme ça. Du moins, je pense... Je baissai enfin mon regard, et me mis à le détailler.

Ses cheveux d'un blond très clair, proche du platine, s'accordait plutôt bien avec son regard. Il avait un petit nez, mais ça ne le rendait que plus mignon ! Bordel, qu'est-ce que je pense moi ?! *gifle mentale* Haaa.. ! Bref. Il avait l'air d'avoir un corps bien sculpté, mais je ne pouvais le voir, puisque sa veste me gênait le passage. Il portait un jean gris foncé, et des baskets. Bien évidemment, étant resté sous la pluie pendant, je suppose, un certain temps, il était trempé des cheveux aux pieds. Mon parapluie semblait limite inutile, puisque moi-même j'étais mouillée. A quoi bon avoir pris ce parapluie, si j'étais restée sous la pluie, à genoux devant la tombe de ma tante ? A rien voilà. Stupide de ma part m'enfin bon, on s'en fiche !

Alors que j'étais dans mes pensées, le jeune blondinet prit le mouchoir que je lui tendait depuis un moment déjà. Il passa sa main au niveau de mon poignet, et la glissa jusqu'à la mienne, prenant le mouchoir au passage. Ce contact me fit frissonner, et rougir, mais je ne le montrais pas, puisqu'à ce moment-là, j'avais légèrement baissé la tête. Rah, je détestais ces moments de faiblesses, surtout face à un homme qui ne me laissait pas indifférente ! Il y avait un grand silence, et je n'osais, ou peut-être ne voulais pas parler, à vrai dire. Il me faisait perdre le contrôle, ça ne me plaisait pas vraiment. Raison pour laquelle, tout en le saluant, je lui tournais le dos, dans le but de m'en aller. Aucune réaction de sa part, fiou !
Ha, j'avais parlé trop vite... Il m'interpella, me disant d'attendre, et pourtant je continuais d'avancer. Ne te retourne surtout pas Hana ! Je l'entendis me courir après, et, l'instant d'après, je me sentie partir en arrière. Prise par surprise, le manche de mon parapluie m'échappa des mains, et il en tomba au sol. Manquant de tomber par terre, le jeune homme mis une de ses mains au niveau de ma hanche, tandis que l'autre tenait l'une des miennes. Première réaction ? La stupeur, la surprise... Mais surtout, je rougis, croisant de nouveau son regard. Nos visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Je sentais son souffle contre ma peau, ce qui n'arrangeait en rien la gêne que je ressentais, et les rougeurs apparues sur mes joues. Allait-il me lâcher, ou comptait-il me garder dans ses bras ? Pourtant je me sentais bien, contre lui, retenue par l'un de ses bras musclés. Je ne savais pas vraiment comment réagir face à lui, et je ne pipais mots. Je voulais m'enfuir à toute jambes, et pourtant je ne bougeais pas d'un poil, mon regard plongeant dans le sien...


" Je vous en supplie, restez avec moi... Juste un instant... "

Que je reste avec lui ? Mais... Pourquoi faire ? Que me voulait-il ? Alors qu'il me fixait, un tas de questions apparu dans ma tête. Ce fût le brouhaha total ! Tchernobyl était dans ma en ce moment. L'envie de dire oui me brûlait les lèvres, pourtant je restais encore à réfléchir. Han... Que faire ? Je n'avais pas l'habitude que les garçons agissent de la sorte avec moi, du moins, je remballais les pervers. Les battements de mon coeur s'accéléraient, mes yeux l'observant. Je devais sûrement être fine à voir, les yeux écarquillés, une mine surprise collée au visage... De toute manière, je n'avais rien à faire, et une personne étant malheureuse ne serait pas de refus. Nous pourrions déprimer à deux, au moins ! Même si je ne souhaitais aucunement lui exposer mes faiblesses !

"Euhm... Je... D'accord !"

Merde, je venais de bégayer. Ce n'était vraiment pas moi ça ! Bon, trêve de bavardage ! Quel était son nom, d'où venait-il? Quel lycée fréquentait-il ? Suzuran, Hôsen, ou un autre ? Je ne lui posais pas ces questions, bien sûr !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   Jeu 9 Fév - 16:29

Moi, une étoile ? Tu parles... Je ne sais pas à quel point peut briller une étoile, mais aucune ne peut briller autant qu'elle, ça c'est sur ! J'avais beau être une étoile, cette inconnue m'avait littéralement fait redescendre sur terre. Cette jeune femme me faisait perdre la tête. Il est vrai que je suis plutôt impulsif de nature, mais quand même ! Ce n'était vraiment pas mon genre de... Mais qu'est ce que je faisais en faite ? J'en avais aucune idée. Une chose était sur, c'est que je n'avais pas toute ma tête .Elle venait d'accepter ? Je n'ai pas rêvé là ? J'étais tellement heureux. En plus elle avait bégayé. Cela la rendait encore plus attirante. Quelle pureté dans son regard, j'en restais bouche bée. D'ici très peu de temps, je ne serais plus vivant. Mon cœur bat tellement vite, j'avais l'impression qu'il allait me lâcher. Je plongeais mon regard dans ses yeux. Tout ce qui se passait autour, je ne l'entendais plus. Je ne voyais qu'elle, personne d'autre et c'était tout aussi bien ainsi. Je la fixais comme un imbécile, ne disant pas le moindre mot. Puis je me rendis compte que ma main était toujours posé sur ses hanches. Je rougissais. Honteux, je retirais brusquement ma main.

-" Désolé... "

Je m'étais excusé pour avoir laissé ma main gauche sur sa hanche, certes! Mais en revanche, je tenais toujours sa main. D'un côté, je voulais la retirer car je me sentais mal à l'aise et ça devait probablement être gênant pour elle. Mais d'un autre côté, je me sentais tellement bien, avec la chaleur de ses mains... Je décidais donc de me taire à propos de ce sujet là. Et puis si elle ne voulait pas que je la tienne, elle m'aurait repoussé non ? J'en conclus qu'elle devait probablement ressentir la même chose... Mince ! Je bougeais ma tête histoire de secouer mes cheveux comme un chien mouillé qui essaie de secouer ses poils. Oups ! Sans le vouloir, elle avait reçu quelques gouttes. Mince, elle devait vraiment me prendre pour un imbécile!Je devait faire attention à ce que je faisais. Je me dois de faire des efforts. J'ai voulu qu'elle reste avec moi, à moi d'assurer maintenant. Mais je ne savais vraiment pas quoi dire, ni quoi faire. La pluie ne cessait pas de s'abattre sur nous. Je me penchais pour ramasser son parapluie et je fis en sorte de la protéger du sale temps qu'il faisait. Je prenais une grande inspiration et je me lançais. Il fallait absolument casser ce silence. Mieux encore, je devais la mettre à l'aise, la faire parler. Il fallait que je dise quelque chose. N'importe quoi, pourvu que ça soit intéressant...

-" Bon, on ne va rester sous la pluie ! Et si on allait prendre un verre et... Discuter ? "

Je lui souriais. Puis toujours en tenant sa main je la guidais et on quittait ce cimetière. Malheureusement pour moi, elle n'était pas très bavard. Limite j'avais l'impression de me prendre des vents monumentale. Mais bon, je peux la comprendre. Elle était triste il y a peu de temps. Ce n'est pas un inconnu qui allait lui redonner le sourire. La plupart du temps, il y avait que des "blancs". On parlait pas. Pourtant je faisais des efforts, mais rien y fait. A ce rythme là, cette situation va plus me déprimer qu'autre chose...
Nous voilà maintenant dans un restaurant. Bien évidement, c'est moi qui payait ( si si, c'est moi qui paie et je ne te laisse pas le choix !! =p ) Elle était bien belle cette jeune femme, mais qu'est ce qu'elle pouvait être timide. Quelle ambiance de folie... Cela faisait bientôt une bonne heure que j'essaie d'aborder un sujet de conversation. Mais je faisais la conversation quasiment tout seul, c'est à peine si j'arrivais à lui soutirer quelques mots. Après quelques minutes, je me tus. J'avais le regard plongé à droite, dans le vide. Je pensais à cette situation. Peut-être qu'elle ne voulait pas être ici avec moi, mais qu'elle n'a pas put dire non. Peut être que je m'étais fait des idées et que finalement, j'étais le seul à ressentir tout cela. Après quelques minutes de silences, je prenais la parole continuant à regarder dans le vide...

-" Excuse moi. Je t'ai ramené ici car tu me rappelles quelqu'un que j'aimais profondément et... Bref j'ai était égoïste sur ce coup, désolé. Merci d'avoir accepté mon offre tout de même, mais je pense que je ferais mieux de partir. Encore désolé ! J'ai était enchanté... Heu... Ouais, laisse tomber. Ah oui, je m'appelle Tsume, si ça t’intéresse... Bye bye!! "


J'agite ma main pour lui dire "Sayonara!" Après avoir dit cela, je me levais la regardant pour la dernière fois. Son visage... Trop de similitude avec Melyna ! Je me fais du mal pour rien, elle n'était pas Melyna. J'esquissais un magnifique sourire, comme si je souriais pour la dernière fois à la femme que j'aimais. Puis, je m'apprêtais à rentrer chez moi et j'allais probablement déprimer seul dans mon coin. Mais il faut croire que ce petit rendez-vous improvisé était loin d'être terminé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   Lun 2 Avr - 10:02

Je ne sais pas pourquoi, mais ce blondinet ne cessait de me fixer, observant la moindre parcelle de mon visage au traits tiraillés par les larmes, une mine sûrement quelque peu surprise, en plus de mes yeux qui devaient être légèrement rouges. M'enfin, je n'en faisais pas plus de chichi mis à part peut-être le fait que sa main était encore posée sur ma hanche. Ce contact me rendait tout chose, du moins, assez mal à l'aise, dans le sens où jamais aucun garçon n'avait agit de la sorte à mon égard, d'où le fait que cela m'était étrange. Je venais tout de même d'accepter son offre, supposant que ça allait me changer les idées. Du fait que j'accepte, il avait l'air content, voire heureux, ce qui m'étonna assez. Avais-je quelque chose de particulier, ou bien il était lunatique ? Ouais, sûrement la deuxième option. Ayant enfin remarqué qu'il me maintenait toujours pas la hanche, il retira brusquement sa main, et je me redressais alors, ne voulant pas finir au sol et trempée. Il rougit, ce qui le rendait plus que mignon, et il se confondit en excuse.

« Désolé... »
« Ce... C'est pas grave... »

Je détournais le regard tout en rougissant quelque peu, ce qui était rarement le cas chez moi, que des rougeurs apparaissent sur mes joues, en plus du fait que je bégaye. Bon, il m'avais ''relâchée'' , certes, mais ma main elle, était toujours dans la sienne, et pourtant je n'en faisais rien. Pourquoi ? Par pure flemme, parce que sa main, elle, était chaude, ou par pure envie ? Bof, les trois réunis, à vrai dire, mais surtout parce que sa main me procurait de la chaleur, et qu'en plus, sans vouloir me l'avouer, j'en avais envie. Et puis, cela n'avait aucunement l'air de le déranger, au contraire même !
D'un coup, il se mit à secouer sa tête de gauche à droite, et l'inclinant légèrement vers le bas. A ce moment-là, on aurait dit un chien de secouant les poils mouillés. Ce geste m'esquissa un sourire, et un rire léger. Ce mec avait un don, ou alors il ne le faisait pas exprès, mais, il avait quelque peu changé mon humer assez maussade et triste, pour une humeur un peu plus gaie. Je me pris de petites gouttes sur le visage, que j'essuyais d'un revers de manche, quoiqu'inutile puisque j'étais, de toute manière, trempée de la racine des cheveux au pieds. Le remarquant sûrement, ou alors par gentillesse, le jeune homme ramassa mon parapluie au sol, et il le mit au dessus de ma tête, de façon à m'abriter de ce sale temps. Comme s'il allait annoncer quelque chose de spécial ou de dur à dire, il prit une grande inspiration, et prit de nouveau la parole
.

« Bon, on ne va rester sous la pluie ! Et si on allait prendre un verre et... Discuter ? »
« Euh, ouais, pourquoi pas ? »

Dès qu'il eût ma réponse, il me tira par la main, me faisant ainsi quitter le cimetière, ce qui n'était franchement pas pour me déplaire ! Il m'avait souris. C'était sincère, ça me plaisait. Il m'avait l'air sympathique, je pouvais bien faire un effort, je voulais me changer les idées, tout de même. Je ne comptais pas rester d'humeur maussade en si charmante compagnie ! Il me parlait, je le savais, mais, pour je ne sais quelle raison, je lui lâchais des monosyllabes. Non pas que je ne souhaitais pas avoir de conversation, mais je ne savais quoi lui dire. Le pauvre, il devait se sentir bizarre, à parler limite tout seul. Il m'avait tirée jusqu'à un petit restaurant qui faisait aussi bar. Je commandais un milk-shake à la fraise, et il me le paya. Bien évidemment, je refusais. Mais, il insista, et je ne pu faire grand chose contre lui, il venait tout juste de donner la monnaie au serveur. Je soupirais, en le remerciant tout de même, lui disant qu'il ne fallait pas. Je pense bien qu'il s'en fichait un peu, mais bon, tant pis. Une fois assis, il tentait tant bien que mal d'engager la conversation avec moi. Je lui répondais, toujours par de petites phrases. Bon sang, il devait s'ennuyer avec moi. Je sirotais mon milk-shake, tandis qu'il ne parlait plus. Je lui jetais un furtif coup d'oeil, remarquant qu'il était pensif, ailleurs. Il regardait le vide, puis, il reprit la parole.

« Excuse moi. Je t'ai ramené ici car tu me rappelles quelqu'un que j'aimais profondément et... Bref j'ai était égoïste sur ce coup, désolé. Merci d'avoir accepté mon offre tout de même, mais je pense que je ferais mieux de partir. Encore désolé ! J'ai était enchanté... Heu... Ouais, laisse tomber. Ah oui, je m'appelle Tsume, si ça t’intéresse... Bye bye!! »

Ha ben bravo Hana, tu le fais partir ! La petite voix qui trône dans ma tête me conseille de ne pas le laisser filer. Après tout, je ne veux pas vraiment qu'il s'en aille, je ne sais pour quelle raison particulière. Tsume... Un joli prénom ! Alors qu'il se levait, je le regardais me faire un signe de la main, comme pour me dire au revoir. Il me souriait, comme pour me dire adieu, c'était … Etrange. En plus, il avait un petit air triste. Alors qu'il s'en allait, c'est à ce moment-là que je m’agrippais au pan de sa veste, me décidant enfin à parler. Il se retourna, quelque peu surpris que je le retienne.

« Non ! Euh... Ne pars pas, reste. Désolée si je ne parle pas, c'est que... Je ne sais pas trop quoi dire en fait ! Gomen. Reste encore un peu. »

Ne sachant que dire, il se rassit lentement face à moi, et je le regardais, m'efforçant de le regarder en face, sans détourner le regard. Il était beau... Chassant cette pensée de ma tête, je lui tendis la main, avec un petit sourire.


« Ha, et moi c'est Hana. Hana Koaru, enchantée aussi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenir, souvenir... [Pv Hana Koaru]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dingbats...
» Souvenir, souvenir: le Pardon de St Sébastien (1990-1995)
» Souvenir...souvenir [PV: HATARI]
» souvenir souvenir, le CEG
» Souvenir d'Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Joy Art Academy :: SEOUL :: ● Centre Ville :: ✗ Cimetière-
Sauter vers: